Toiture en bac acier

Dans un premier temps réservée aux bâtiments industriels, elle est récemment utilisée pour les maisons particulières. Cette sorte de toit revêt principalement une apparence ondulée.

Elle est composée de grandes plaques posées sur le toit. Elles mesurent jusqu’à 8 mètres de long et se déclinent en plusieurs épaisseurs. Ce type de couverture se place sur des toitures dont la pente est comprise entre 5 % et 15 %. Le bac acier est un matériau assez nouveau, très résistant, maniable et plutôt léger.

Les toitures en acier sont réalisées avec des tôles « formées » en acier. Cette forme ressemble à un U incurvé. Ces tôles sont tout spécifiquement faites pour s’assembler et protéger l’ensemble de la toiture des intempéries.

Initialement les plaques étaient fabriquées en acier brut qui servait de matière première. Ses caractéristiques techniques ont bien évolué et se sont modernisées d’année en année. Aujourd’hui l’acier est galvanisé, laqué ou zingué et reçoit un traitement pour devenir inoxydable.

Avantages et inconvénients d’une toiture en bac acier

Il existe de nombreux avantages à adopter ce type de toit. La première est sa résistance : aux caprices du temps, aux champignons et autres moisissures en tous genres. Vous serez également séduits par sa légèreté, mais aussi sa solidité, son étanchéité et enfin sa gamme de prix accessibles à toutes les bourses.

Elle est incombustible, facile à poser, même un bon bricoleur peut tenter de le faire seul. Bien entendu les professionnels seront plus rapides, mieux préparés, plus minutieux et vous feront gagner un temps précieux.

L’eau de pluie ne stagne pas sur cette couverture et s’écoule rapidement. Ce qui évitera une accumulation de débris ou corps étrangers notamment au niveau des gouttières.

Cette toiture pourrait sembler presque idéale et pourtant, elle présente aussi quelques sérieux inconvénients.

Elle n’isole pas vraiment contre les bruits et la condensation. Il ne faudra sans doute pas en faire l’acquisition si vous résidez dans une zone bruyante et soumise à de fortes pluies ou d'importantes chaleurs. Dans ce dernier cas, éviter d’aménager une pièce sous les combles.

Elle est sensible à la corrosion et à la pollution et reste, malgré un large choix de coloris proposé, peu esthétique.

Comment choisir entre le bac acier simple peau et double peau

Les toitures en bac acier sont légères (5 kg environ), maniables et ainsi très faciles à poser. Cette toiture étant plate, les deux points essentiels à bien prendre en considération lors de la réalisation sont l’isolation et l’étanchéité.

Une première méthode : la tôle simple ou simple peau

La tôle "simple peau" s’utilise avec une toiture dite « froide ». L’isolant est placé en dessous du support d’étanchéité. Il conviendra de placer une lame d’air bien ventilée sur sa sous-face, à savoir entre le matériau de couverture et l’isolation).

Ce système ne permet pas une très bonne aération, ce qui à terme provoque une condensation trop élevée qui nuit à l’étanchéité du bâtiment.

Si vous habitez dans une zone peu bruyante, non urbaine et dotée d’un climat aux températures modérées, vous pourrez opter pour une toiture froide et la pose en simple peau. Restez bien conscient que l’isolation contre les bruits ne sera pas performante et que vous risquez de subir des désagréments dus à la condensation.

Une deuxième méthode : les bacs aciers "double peau" appelés également les panneaux sandwichs

Cette technique de pose dite « chaude » intègre l’isolant directement entre deux plaques d’acier. Ainsi, aucune lame d’air n’est positionnée entre le support d’étanchéité et la couche d’isolation, puisque la laine isolante est bien plaquée directement contre la couverture elle-même.

C’est un procédé facile à mettre en place qui permet une bien meilleure isolation acoustique. Il assure également une bonne étanchéité de la construction. Le seul point à vraiment bien respecter est la ventilation entre chaque travée.

Quelle isolation pour un toit bac acier ?

Le bac acier est particulièrement exposé à la condensation due à un phénomène naturel : le climat (fortes chaleurs ou températures trop basses) et à la faible porosité du matériau. Quelle que soit son origine, la condensation se traduit par la formation de gouttelettes que l’on retrouve en sous-face de la couverture qui peut occasionner de gros dégâts au niveau par exemple de votre plafond.

Malgré tout, la condensation peut être prévenue, ou du moins largement diminuée grâce à une bonne isolation. Comme rappelé plus haut, ces toitures ne sont pas à intégrer dans toutes les régions. Mieux vous choisirez la solution adaptée, plus le système d’isolation mis en place sera performant.

Des solutions existent que votre couvreur peut prévoir en prévoyant minutieusement les éléments qui composent une toiture (lame d’air, plafond, pare-vapeur, plaque métallique supplémentaire) et leur agencement.

Nous en revenons à nos toitures froides pour lesquelles il faut bien travailler l’isolation qui par nature est quasi inexistante. Vous privilégierez l’achat de plaques d’acier intégrant des plaques de feutre isolantes et surtout fabriquées pour réduire considérablement la condensation de 2 à 3 mm d’épaisseur.

Vous pourrez également mettre en place un pare pluie, composer votre toiture avec du lambris et un panneau de fibre de bois et 15 à 20 cm de ouate de cellulose. Sans oublier un pare-vapeur, qui se présente sous la forme d’une membrane ou une feuille de feutre bitumé ou d’aluminium, qui réduite considérablement le passage de la vapeur d’eau et ainsi de l’humidité. Pour une meilleure ventilation, vous pourrez laisser sur tout le périmètre du toit des ouvertures tous les 60 à 80 cm dans les débords.

Pour résumer, une bonne isolation se compose, du haut vers le bas :

  1. vos plaques acier intégrant des plaques de feutre,
  2. du feutre de bardage,
  3. une ossature complémentaire comme le lambris ou le panneau de fibre de bois,
  4. le tout supporté par une pièce de charpente posée horizontalement appelée aussi « panne ». Sans oublier la mise en place d’un pare-vapeur et d’un pare pluie, pour une parfaite isolation thermique et phonique.

Entretien de votre toit bac acier

Concernant l’entretien de votre nouvelle toiture, il devra se faire régulièrement. Si votre toit est plat et votre maison peu élevée, vous pourrez le faire vous-même. Le mieux, pour être certain de ne rien oublier étant d’appeler un professionnel.

D’une manière générale, il faudra penser à vérifier l’écoulement des eaux de pluies, en sous-pente s'assurer que tout est intact, ceci pour éviter par exemple les écoulements d’eau à l'intérieur de votre habitation.

Visiter deux à trois fois par an vos combles vous permettra d’éliminer tout risque d’infiltration d’eau ou d’accumulation d’humidité.

Le toit en acier étant, bien plus que les autres, exposé à la corrosion et au manque d’étanchéité, et ce même si vous êtes certain à 100 % de votre système d’isolation, il est préférable de prévoir la pose d’un produit sur l’ensemble de la toiture.

Ce produit agira comme un film protecteur contre les intempéries et la corrosion. Vous pourrez le trouver ici.

Ce type de revêtement caoutchouteux et élastique, prêt à l’emploi, est un parfait complément pour l’entretien de votre toiture. Il offre une parfaite adhérence et résiste aux effets de la pollution atmosphérique (notamment au brouillard salin). Imperméable, il tolère également certains agents chimiques comme les huiles ou le mazout. Il crée un revêtement souple, bien fini et donc esthétique décliné en plusieurs couleurs : blanc, gris orage, bleu institution. Enfin, il contient un inhibiteur de corrosion.

Enfin, sachez que ce revêtement s’applique au rouleau, au pistolet ou à la brosse, sur une surface sèche et propre, voire dégraissée si nécessaire. Une première couche dite de fixation sera à diluer dans 50 % d’eau, suivie d’une à deux couches de produit pur.

Il est intéressant de mettre en place ce film très rapidement après la pose de votre toit.

Prix d’une toiture en bac acier

15 € /
(à partir de)

Ce type de matériau est dit de moyenne gamme. Le coût pour un revêtement double peau (ou panneau sandwichs) est de 30 € à 40 €/m² et de 15 € à 20 €/m² pour le bac simple peau ou tôles simples.

Comme indiqué plus haut, les panneaux possédant une double épaisseur sont à privilégier. S’ils sont plus chers, ils seront aussi plus faciles à poser et garantissent une meilleure isolation et étanchéité.

À ce prix viendront s’ajouter tous les éléments composant votre toiture : ouate de cellulose, feutre de bardage, lambris, panneau de fibre de bois, pièce de charpente complémentaire, pare-vapeur, pare pluie, petit matériel et accessoires de sécurité.

Il faut reconnaitre que le prix du principal élément allègera en tout état de cause la facture finale. Le choix sera donc fait en fonction de ce qui a été exposé plus haut, à savoir la région où vous habitez principalement.

Qui contacter pour la réalisation d’une toiture en bac acier ?

Maintenant que vous pouvez évaluer les avantages et les inconvénients de la pose d’une toiture en bac acier, la question finale à vous poser sera toujours la même : « Est-ce que je la pose moi-même ? »

Par souci d’économies, nous sommes souvent tentés de répondre oui à cette question, mais parfois, et pour une plus grande sérénité, comparer plusieurs prestataires et faire des devis auprès de couvreurs professionnels parait une bien meilleure solution.

Nous vous proposons de vous aider dans vos démarches de construction ou de rénovation de votre future toiture en bac acier et attendons votre demande de devis.


Voir aussi :

Revenir à l'accueil